Cabanes et grangettes

Les cabanes de vigne témoignent de l’importante activité viticole de la commune, après la révolution, et jusqu’en 1878, date de l’arrivée d’une maladie qui ravagea une grande partie du vignoble : le phylloxera.

Elles faisaient partie intégrante du travail de la vigne, et étaient construites avec grand soin par le propriétaire. Elles servaient d’abri pour les travailleurs et de stockage pour les outils du vigneron. Parfois, elles étaient équipées d’une cheminée qui permettait de faire du feu pour se réchauffer en hiver, et aussi de réchauffer le repas de midi.

L’arrivée du phylloxera contraint les petits propriétaires à arracher leurs pieds de vigne et à se reconvertir dans l’élevage. Les vignes disparaissent, mais les cabanes restent sur place, et perdent peu à peu leur utilité. Elles incarnent un temps ancien et une méthode de construction qui nécessite passion et savoir-faire. Bien que la plupart n’ait plus actuellement de réelle utilité, peu d’entre elles semblent avoir été détruites. Si certaines sont abandonnées, d’autres sont régulièrement entretenues et même restaurées à l’identique.  C’est le cas pour 2 d’entre elles sur les 6 recensées dans la commune : celle du Duc et celle d’Emmanuel.

Elles sont toutes des points de repère dans le paysage.

 

Les grangettes construites souvent loin des fermes, permettent au bétail de se mettre à l’abri, et de stocker du fourrage.